Mon panier

Hippocampus Studio

Rob

Né en 1978 à Caen, Robin Coudert, alias Rob, est un musicien, auteur, chanteur, compositeur, producteur. Il grandit en banlieue parisienne, où il commence l’apprentissage de la trompette classique à l’âge de huit ans. Interrompu pour des raisons de santé, il poursuit l’étude de la musique par le piano et le synthétiseur, et crée ses premières compositions électroniques dès 10 ans. Rob intègre un groupe de heavy-metal à 14 ans, puis un groupe de p-funk à 16 ans avec lesquels il découvre l’exercice de la scène. 

Parallèlement à ses expériences musicales, il entre aux Beaux-arts de Paris en 1996, où il travaille dans l’atelier du peintre Vladimir Velickovic. C’est cependant le label Source, qui repère Rob, présenté par ses amis de Phoenix. En 1998, il participe ainsi à la compilation Source Rocks, dont sera extrait son premier EP, « Musique pour un Enfant Jouet ». En 2001, Source sort son premier album « Don’t Kill », suivi de « Satyred Love » en 2002. Il rencontre durant la production de ces derniers l’ingénieur du son Jack Lahana, avec qui il poursuit depuis l’ensemble de ses travaux. Rob débute alors une série de collaborations : avec Sébastien Tellier ou Phoenix, qu’il accompagnera sur scène aux claviers et percussions depuis lors.

Il réalise ensuite les albums de divers artistes, Melissa Mars (2007), Zaza Fournier (2008 et 2011), Alizée (2010), Adanowsky (2010) ou Leon Larregui (2012)… En 2010, il crée avec le label Institubes le projet « Dodécalogue », série de 12 disques instrumentaux consacrés aux Evangiles. L’oeuvre sera laissée inachevée au sixième volume avec la fermeture d’Institubes. Son expérience cinématographique nait en 2005 avec le court-métrage « Pink Cowboy Boots » de Maria Larrea qu’il épouse la même année, et se poursuit activement depuis 2010. 

En effet, Rob crée ensuite les musiques originales pour « Belle Epine » de Rebecca Zlotowski (2010), « Jimmy Rivière » de Teddy Lussi-Modeste (2011), « Radiostars » de Romain Levy (2012), « Populaire » de Régis Roinsard (2012) nommée aux Césars de la meilleure musique originale, « Maniac » de Franck Khalfoun (2012), « Je suis supporter du Standard » de Riton Liebman (2013), « Rock the Casbah » de Laïla Marrakchi (2013), « Grand Central » de Rebecca Zlotowski (2013), « Tristesse Club » de Vincent Mariette (2014), « Every Secret Thing » d’Amy Berg (2014), « Horns » d’Alexandre Aja (2014)… 

Depuis 2012, le studio parisien Hippocampus, créé avec Jack Lahana, abrite l’ensemble de ses productions.




Rob


Prev
Next