u
 u  

Dear Misfortune, Mother of Joy
par Broken Back

Ce premier EP « Dear Misfortune, Mother of Joy » fait écho à la célèbre citation de l’écrivain Albert Cohen : « Le malheur est le père du bonheur de demain ». 

« Mild blood » raconte l’addiction à un amour impossible. « Happiest Man On Earth » dépeint la prise de conscience d’une furtive seconde de bonheur.  « Halcyon Birds » tisse une métaphore sur la seconde chance inspirée d’une légende éponyme de la mythologie grecque. Alors que « Young Souls » évoque le paradoxe de l’enfance entre insouciance et impatience de grandir.

Les mélodies sont entêtantes, légères, emplies d’espoir. Les rythmiques électroniques sont dansantes, emprises d’une insouciance, comme celle de quitter la ville, de fuir le destin tracé pour choisir un chemin plus personnel. Mais les chœurs, et les arpèges folks sont tristes, comme un écho à cet accident physique, cet arrêt forcé sans lequel le projet BROKEN BACK ne serait pas né.

Mixés par Broken Back, Pierrick Devin (ancien assistant de Philippe Zdar, connu entre autre pour son travail avec Lilly Wood & the Prick), et N’to (producteur de Montpellier considéré comme un des espoirs de la scène Deep House minimale française), les 4 titres de « Dear Misfortune, Mother of Joy » apparaissent comme des hymnes à cette génération de 1990. Le son sort d’une chambre d’étudiant, tout est bricolé, fait à la main. Pas de gros studios, pas de musiciens additionnels.

Ce premier EP sonne comme une mélodie qui n’a pas de frontières, à l’image d’une génération qui ne met plus de barrières entre les continents. Une génération lumineuse, née sur les cendres d’une crise ambiante, mais qui semble porteuse d’un optimisme à toute épreuve. Une génération vers laquelle, parfois, il fait bon de diriger son regard.

Vinyle 12" ou CD
2015

Ecouter sur
Spotify

Partager sur
Facebook
Twitter
Google+
mail