u
 u  

Kasse Mady Diabaté

Kasse Mady Diabaté est issu de la famille de griots la plus réputée du pays mandingue, les Diabaté de Kéla. Sa tante était la griotte légendaire Siramori Diabaté. Son grand père était appelé "Jeli Fama", c'est à dire « le Grand Griot », à cause de la qualité saisissante de sa voix.
Lorsque Kassé a eu 7 ans (significatif pour les Malinké), les vieux de la famille, y compris Siramori, ont reconnu qu'il avait hérité de la voix du grand-père, comme s'il était sa réincarnation. Par la suite ils l'ont entrainé et encouragé avant qu'il ne soit lancé par la Biennale de Bamako, où il a gagné tous les prix.

Dès les années 60 il est sollicité par toutes les formations d'avant-garde que développe le Mali des Indépendances.
De l'orchestre régional Super Mandé de Kangaba à Las Maravillas de Mali, devenu ensuite Badema National du Mali, en passant par l'Orchestre Instrumental du Mali, il participera aux expériences les plus novatrices de cinq décennies, et tous ses enregistrements feront date. Souvenons-nous seulement de Songhaï 2, avec le groupe flamenco Ketama, ou bien de Koulandjan avec Taj Mahal et Toumani Diabaté... La voix de Kassé Mady hante les platines depuis un demi-siècle.

On loue sa profonde connaissance des traditions musicales les plus anciennes. Salif Keita l’a présenté comme « le plus grand chanteur du Mali ». Pourtant, hors de son pays, son nom apparaît à peine. C'est un homme modeste... 


Suivre sur
Facebook

Partager sur
Facebook
Twitter
Google+
mail