u
 u  

Kouyaté-Neerman

Kouyaté sans Neerman, c’est Lansine Kouyaté. Griot de Paris, virtuose du balafon originaire de la région de Kangaba au Mali, enfant de la balle (fils de l’immense chanteuse Siramory Diabaté, que son mari accompagnait au balafon), musicien précoce et prodige, qui a fait ses classes dans l’Orchestre National du Mali avant d’accompagner des stars des musiques du monde (Salif Keita, Mory Kanté, Omar Sosa, Cheick Tidiane Seck...).

Neerman sans Kouyaté, c’est David Neerman. Musicien français qui a fait fructifier son cursus (études de percussions classiques et de piano) en choisissant cet instrument à la fois clavier et percussions, le vibraphone, trimballé dans les projets les plus divers (jazz, world, electro, noise, aux côtés de Youn Sun Nah, Anthony Joseph, Alice Lewis, Krystle Warren...), pourvu qu’ils aient un parfum d’aventure.

Kouyaté-Neerman, c’est plus que la juxtaposition de deux hommes, deux cultures, deux pratiques musicales. Quand ils commencent à jouer ensemble il y a huit ans, David Neerman et Lansiné Kouyaté savent que leurs instruments sont de lointains cousins. Au fond du vibraphone sonne un balafon, et réciproquement. Mais le dialogue instrumental qu’ils inaugurent ne se limite pas à la recherche d’airs de famille.

Les deux hommes partagent autre chose : la curiosité, le besoin d’une expression vraiment personnelle, l’envie d’ouvrir une voie qui aille plus loin que le croisement de deux chemins. Ils connaissent le passé (la tradition mandingue, le jazz), mais conversent au présent.


Suivre sur
Facebook
Spotify

Partager sur
Facebook
Twitter
Google+
mail