u
 u  

Mamani Keita

Née à Bamako au Mali, et élevée par sa grand-mère maternelle dans la plus pure tradition Bambara, Mamani Keita n’a qu’une petite vingtaine d’année lorsqu’elle arrive en France au tournant des années 90 mais déjà une belle réputation derrière elle pour sa participation active à la scène artistique malienne (de la troupe de théâtre « Oulofobougou » à l’orchestre national du Mali, « Badema »).

Aussitôt accueillie par la communauté africaine de Paris, elle se fait rapidement remarquer en intégrant le groupe de choristes de Salif Keita et en participant à un certain nombre de projets novateurs et atypiques jetant des ponts entre musique africaine et jazz (Jeffrey Smith, Hank Jones et Cheikh Tidiane Seck). Invitée à intégrer la formation « Tama », menée par le guitariste anglais Sam Mills et le Malien Tom Diakité, elle participe à Londres à l’enregistrement du disque « Espace » paru sur le label de Peter Gabriel Realworld. En 2005, elle enregistre 4 chansons inédites pour l’album de la bande originale du film « Kirikou et les bêtes sauvages », réalisée par Manu Dibango.

Mais c’est indéniablement l’album de « world electro » expérimental, Electro Bamako, conçu en collaboration avec le Français Marc Minelli, qui lui ouvre en 2002 les portes d’une reconnaissance internationale tant publique que critique. Il apparaît évident aujourd’hui qu’en intégrant sa voix inimitable à des contextes hybrides mêlant rythmes jazz et sonorités électroniques, Mamani Keita, sans jamais édulcorer sa tradition, ouvrait là d’inédites perspectives à la musique africaine contemporaine.


Suivre sur
Facebook
Spotify

Partager sur
Facebook
Twitter
Google+
mail